xujuhxtpixyl, [url=http://phcqxbuqaqiy.com/]phcqxbuqaqiy[/url], [link=http://jkeaoqgyxkkx.com/]jkeaoqgyxkkx[/link], http://ynlyqukwwwpm.com/" />
Français | English

Des chercheurs testent les limites de la conscience corporelle

23 Août 2007

Un individu peut-il se sentir hors des limites de son propre corps? Pour la première fois, des chercheurs sont parvenus à plonger des sujets volontaires dans un état leur faisant mal situer, brièvement, les frontières de leur propre enveloppe charnelle. Cette expérience, réalisée par une équipe regroupant trois chercheurs en neurosciences et un philosophe, prouve qu’il est possible de manipuler la conscience qu’ont les êtres humains de leur corps sous certaines conditions. Elle fait l’objet d’un article publié aujourd’hui dans la revue Science.

Les expériences extracorporelles ou sensations de décorporation (out-of-body experiences, selon l’acception anglo-saxonne) sont bien connues dans le milieu scientifique. Le professeur Olaf Blanke, en particulier, les étudie depuis longtemps. Depuis son arrivée à l’EPFL, en 2004, le scientifique a réussi à expliquer les mécanismes neurobiologiques de ces sensations ainsi que d‘autres expériences similaires, comme des hallucinations autoscopiques, un phénomène hallucinatoire au cours duquel un sujet s’aperçoit lui-même hors de son corps, sans sensation de décorporation. Le chercheur a par la suite étudié les mécanismes neurobiologiques de la représentation cérébrale du corps et du moi chez des sujets sains en utilisant des techniques de neuroimagerie, indiquant les zones du cerveau humain impliquées dans ce processus.

Aujourd’hui, l’équipe de chercheurs dirigée par le professeur Olaf Blanke franchit un pas supplémentaire en réalisant, en laboratoire, une expérience qui manipule la manière dont le cerveau humain représente et analyse «son» propre corps comme faisant partie d’un tout. En philosophie, il s’agit du «moi», soit l’instance de la personnalité qui permet de distinguer réalité interne et réalité externe.

L’équipe d’Olaf Blanke, composée des doctorants en neurosciences Bigna Lenggenhager et Tej Tadi et d’un philosophe, Thomas Metzinger, a recouru à la réalité virtuelle pour mener à bien ses investigations. Pour leur expérience, les chercheurs ont créé une représentation numérique en trois dimensions de chaque sujet, projetée dans un casque de réalité virtuelle. Les examinateurs procèdent alors à une stimulation des sujets – un simple frottement de leur dos pendant une minute – tout en gratifiant leur alter ego virtuel de la même stimulation. Les sujets sont ensuite plongés dans le noir et déplacés dans la salle d’examen, avec pour mission de revenir à leur position initiale.

Les chercheurs ont ainsi fait une découverte étonnante. En tentant de revenir à leur point de départ, les sujets situent leur localisation initiale en direction du corps qu’ils ont visualisé auparavant. En d’autres termes, ils se rapprochent trop de leur alter ego virtuel, ce qui est contraire à la normale, étant donné que l’être humain a tendance à sous-estimer les distances lorsqu’il est plongé dans le noir. En outre, si aucun des sujets n’a réellement vécu une expérience extracorporelle et si chacun est resté conscient que le corps observé n’était pas réellement le sien, plusieurs sujets se sont senti «bizarres», ont situé leur «moi» hors des frontières naturelles de leur propre corps et ont eu l’impression que leur alter ego virtuel était leur propre corps. Une preuve, selon les scientifiques, que le cerveau humain se sert de plusieurs flux d’informations sensoriels et cognitifs pour constituer sa conscience corporelle et que la vision joue un rôle primordial dans ce processus.

Au-delà de la recherche expérimentale et de l’importance pour les neurosciences cognitives de la conscience du moi, les travaux de l’équipe du professeur Blanke devraient permettre une meilleure compréhension de certains phénomènes neurologiques et psychiatriques liés à une conscience corporelle perturbée: les hallucinations autoscopiques, bien sûr, mais aussi la schizophrénie.

journaliste: