xujuhxtpixyl, [url=http://phcqxbuqaqiy.com/]phcqxbuqaqiy[/url], [link=http://jkeaoqgyxkkx.com/]jkeaoqgyxkkx[/link], http://ynlyqukwwwpm.com/" />
Français | English
Texte size: A A A PDF XML
Catégories

Alain Longet nous invite dans sa "Suite lémanique"

15.06.2005

Ode à un peintre "immense", dont les tableaux donnent l'envie irrépressible d'appeler quelqu'un, de le saisir par les épaules et de lui dire: "Regarde!".

"Oui, je veux savoir. Savoir pour mieux sentir, sentir pour mieux savoir. Tout en étant le premier dans mon métier, je veux être simple. Ceux qui savent sont simples. Les demi-savants, les amateurs font les demi-réalisations. Vous savez au fond, il n'y a d'amateurs que ceux qui font de la mauvaise peinture. Je ne voudrais pas être un de ces amateurs-là. Alors je veux être un vrai classique, redevenir classique par la nature, par la sensation. ... La nature parle à tous. Eh bien ! Jamais on n'a peint le paysage. L'homme absent, mais tout entier dans le paysage." (Conversations avec Cézanne, éd. Macula, Paris 1978)

Ces lignes d'un peintre "immense", j'ai envie de les dédier aujourd'hui, à Alain Longet, peintre dans l'âme, qui appartient à ces "simples" dont parle Cézanne, ceux qui ne font pas de bruit, pas de théories fumeuses, pas de show médiatique. Alain Longet est à l'œuvre. Avec cette rigueur passionnée, dénuée de toute concession, dans laquelle on reconnaît, tout simplement, les "artistes vrais".

Il ne peint pas des paysages, mais l'éblouissement de la vision, les transparences de la beauté, le vertige de cette grâce qui s'annonce chaque fois que le regard entre en fusion avec le monde. Devant un tableau d'Alain Longet se produit un curieux phénomène: l'envie irrépressible d'appeler quelqu'un, de le saisir par les épaules et de lui dire: "Regarde!"

Ses toiles sont des fêtes qui nous donnent envie d'y entrer, de les partager, de s'y asseoir et d'y rester.

auteur: Barbara Fournier, Presse & Information