xujuhxtpixyl, [url=http://phcqxbuqaqiy.com/]phcqxbuqaqiy[/url], [link=http://jkeaoqgyxkkx.com/]jkeaoqgyxkkx[/link], http://ynlyqukwwwpm.com/" />
Français | English
Texte size: A A A PDF XML
Catégories

Une pleine lune d'hélium sur le St-Prex Classics

23.08.2011

OPEN AIR: L’EPFL a conçu un projet architectural spectaculaire destiné à accueillir le public et les artistes du St Prex Classics. La scène et les gradins, qui forment un vaste ensemble de bois traversant la Porte de l’Horloge, pourront être recouverts par un hémisphère flottant de 25 mètres de diamètre. Sa portée touristique dépassera le seul cadre de ce festival.

 

 

 

Ao, le dieu des nuages de la mythologie polynésienne, fera jouer l’ombre et la lumière dans le ciel de Saint-Prex. Car «Ao», c’est aussi le nom de code du projet architectural réalisé au sein de l’Atelier de la conception de l’espace (ALICE) de l’EPFL à l’invitation du festival culturel St Prex Classics.

Sous la conduite de Dieter Dietz, directeur d’ALICE, et avec la collaboration de plusieurs étudiants bachelor de la section, les architectes Sibylle Kössler et Sara Formery ont dessiné un espace de concerts et de danse entièrement démontable, taillé sur mesure pour épouser les formes de la Place et de la Tour de l’Horloge, porte d’entrée vers le bourg médiéval de Saint-Prex. «Nous avons imaginé un espace qui met en valeur le bourg médiéval, qui transforme la Grand-Rue en un foyer convivial et animé, tout en offrant aux artistes et au public du festival un lieu de concert confortable et de grande qualité. Nous voulions aussi que ce projet jouisse d’une forte visibilité, sans toutefois toucher à la substance des anciens bâtiments», résume Dieter Dietz.
 
Un dôme flottant pour se protéger de la pluie

La base du dispositif, entièrement en bois, s’inspire du célèbre théâtre d’Epidaure (Grèce, 4e ou 3e siècle av. JC) : il en reproduit la courbure des gradins, installés face à la Tour de l’Horloge. Jusqu’à 700 personnes pourront s’y asseoir, 500 lorsque la scène – modulaire – sera dimensionnée pour accueillir de grands ensembles instrumentaux ou des chorégraphies.
 
Si la façade médiévale comprenant la Tour de l’Horloge reste l’une des pièces maîtresses du nouvel ensemble, l’élément le plus spectaculaire se trouvera toutefois au-dessus. Un vaste hémisphère d’hélium de 25 mètres de diamètre, visible loin à la ronde, flottera à l’aplomb de «l’arène» et du village. Son enveloppe de polyamide, blanche, pourra être illuminée de l’intérieur ou servir de support de projection. En cas de mauvais temps, ce ballon pourra être abaissé pour recouvrir entièrement la scène et les gradins, formant ainsi un dôme. Une membrane transparente tirée sur le pourtour transformera alors la place en une salle de concert fermée, sans pour autant se couper des murs anciens.
 
«Cette structure nous permettra de garder nos spectacles dans le Vieux Bourg tout en offrant un meilleur confort aux artistes et à un public plus nombreux. La collaboration avec l’EPFL amène une dimension architecturale qui est à la hauteur de la qualité artistique du St Prex Classics et qui met parfaitement en valeur un patrimoine historique», se réjouit Hazeline van Swaay, fondatrice du festival.
 
«Ao» pourra être monté et démonté en moins d’une semaine. Seule une partie de l’équipement, dont le ballon, restera à Saint-Prex. Les structures formant la base des gradins et l’anneau technique seront loués chaque année à des entreprises spécialisées.
 
Jean-Claude Mermoud, chef du Département cantonal de l’économie, a salué dans ce projet «une innovation technologique remarquable dont l’aspect spectaculaire et symbolique ne manquera pas d’attirer l’attention». Vice-président de l’EPFL et citoyen de Saint-Prex, Francis-Luc Perret a quant à lui souligné «l’engagement de notre Ecole, qui a la chance avec ses professeurs et ses étudiants de développer ses activités de recherche et d’enseignement dans une région bénéficiant d’un environnement culturel et social très riche et stimulant. Elle peut ainsi démontrer de multiples façons que la technologie, tout en apportant des solutions concrètes et utiles, peut aussi être empreinte d’une dimension artistique, esthétique et expressive.»
 
La nouvelle structure devra pouvoir être prête pour l’édition 2012 du festival déjà. Ses promoteurs doivent pour cela réunir les fonds nécessaires, quelque 2 millions de francs, dans les plus brefs délais.
 
alice.epfl.ch/
 

 

auteur: Emmanuel Barraud, Médiacom